Les médias

Fin des chaînes généralistes, éclatement de l’audience, maîtrise du temps de la télévision grâce aux PVR, à la catch-up TV, aux sites de type YouTube ou Joost …

Les fondateurs de Buzz2buzz sont depuis vingt ans à la fois acteurs et observateurs de cette évolution qu’ils avaient anticipé dans des ouvrages tels que « Briser les chaînes » (Alain Le Diberder et Nathalie Coste-Cerdan, La Découverte 1988) ou en développant des émissions interactives sur France Télévision (1991 le Quizako, 1992 Hugo Délire, 1993 la carte Multipoints), Canal Plus (Pizzarollo 1994, L’Hebdo de Michel Field 1995, Cyberix 1996) voire des systèmes de télévision interactive comme le téléchargement avec C: conçue en 1994 et lancée en 1996.

Aujourd’hui l’interactivité a pris un nouveau visage avec la contribution directe du téléspectateur à l’émission. Nous avons expérimenté et mis en place ce type d’innovation sur une base locale (TéléGrenoble 2004) ou nationale (Ce Soir ou Jamais 2007).

Nous vivons une transition entre une époque d’audience massive et anonyme et une nouvelle relation au public qui peut et qui doit être plus structurée.

– D’une part parce que c’est une aspiration de fond dans nos sociétés. La demande n’est pas ou plus dominée ni par de grandes masses anonymes ni par un individualisme nombriliste, mais par l’individu en réseau. De même que le public des séries d’organise en blogs et en clubs, celui des émissions ambitieuses souhaite avoir conscience de faire partie d’un groupe.

– D’autre part parce que c’est possible. A l’ère de la vidéo à la demande, de la télévision par ADSL, de la catch-up TV, des PVR et des podcasts, dans une France où bientôt deux tiers des téléspectateurs sont aussi internautes, il est essentiel d’intégrer ces dispositifs au coeur même des émissions, au moins dans la façon de les penser : pas sous forme de gadgets, sans doute pas en changeant la forme des émissions, mais simplement en ne faisant pas comme si ces dispositifs techniques interactifs n’existaient pas.